Accueil > ENVIRONNEMENT > ENVIRONNEMENT INFO > ENERGIE > La bio-raffinerie de Total à La Mède sera dopée à l’huile de palme, dénoncent (...)

La bio-raffinerie de Total à La Mède sera dopée à l’huile de palme, dénoncent des ONG

mardi 1er janvier 2019, par C3V Maison Citoyenne

Total investit 200 M€ pour transformer son site de La Mède ...

La bio-raffinerie de Total à La Mède consommera environ 550.000 tonnes d’huile de palme par an, augmentant de manière très importante les importations françaises" de cette huile décriée, ont dénoncé jeudi des ONG, alors que le gouvernement veut lutter contre la déforestation importée.

madeinmarseille.netet AFP-Paris

Le groupe pétrolier français compte mettre en service cette bio-raffinerie cet été 2018.


Le projet a tout d’une belle reconversion avant que les ONG Greenpeace et les Amis de la Terre ne démontrent en avril dernier, document de la préfecture des Bouches-du-Rhône à l’appui, qu’il semble beaucoup moins “vert” que prévu. Ce dernier démontre que la majorité des matières premières (550 000 tonnes sur 650 000) proviendra de la culture de palme (huile et distillat d’acide gras) en Malaisie et d’Indonésie. Celle-là même que le Parlement Européen a décidé de bannir des bio-carburants d’ici 2021 suite aux conséquences environnementales dont elle est responsable.

Ces associations de défense de l’environnement s’inquiètent de cet approvisionnement en huile de palme, dont la production en Malaisie et Indonésie entraîne une déforestation fragilisant l’écosystème, menaçant les rhinocéros, orangs-outans et tigres et affectant des populations locales.

Face aux critiques, Total s’engage à se fournir en huiles de palme "labellisées", selon ce document. Ces systèmes de certification sont toutefois jugée insuffisants par des ONG et des industriels.

Total a dit auparavant vouloir utiliser 60 à 70% d’huiles végétales, de l’huile de palme mais aussi de colza, de soja ou encore de tournesol et de 30 à 40% d’huiles alimentaires usagées et d’huiles résiduelles.

"Le projet, qui fera faire un bond aux importations françaises d’huile de palme de 64%, montre l’incohérence totale du gouvernement français", dénoncent Greenpeace et Les Amis de la Terre dans un communiqué commun.

Les députés européens ont voté en janvier pour une suppression progressive de l’huile de palme dans les biocarburants d’ici 2021. Ce vote, qui n’est pas contraignant, doit faire l’objet d’une négociation avec le Conseil européen et la Commission.

L’utilisation de l’huile de palme dans des secteurs comme la nourriture ou les cosmétiques a déjà diminué en Europe, mais elle a augmenté dans le domaine des biocarburants.

Total avait lancé en 2015 un projet de transformation de sa raffinerie de La Mède, alors déficitaire. Le groupe a cessé d’y raffiner du brut et l’a convertie au prix d’un investissement de 275 millions d’euros, y installant notamment un dépôt pétrolier, une ferme solaire, un centre de formation et cette bio-raffinerie.

Le marché des huiles usagées de la restauration

Et si le géant pétrolier doit désormais s’approvisionner en grandes quantités d’huiles alimentaires usagées pour produire ce biodiesel, cela risque de se faire au détriment de structures comme Oléo-Déclic. Car la filière d’approvisionnement n’est pas très variée, il s’agit avant tout des restaurants, obligés de fournir leurs huiles usagées à des collecteurs agréés.

Découvrez en vidéo le fonctionnement de Oléo-Déclic.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL