Accueil > ENVIRONNEMENT > ENVIRONNEMENT INFO > soutenir et appeler à soutenir " INSECTICIDE MON AMOUR ", c’est utile, facile (...)

soutenir et appeler à soutenir " INSECTICIDE MON AMOUR ", c’est utile, facile et pas cher !...

jeudi 23 avril 2015, par C3V Maison Citoyenne


Bonjour à toutes et à tous,

Pour celles et ceux qui ont déjà vu « La clef des terroirs », le très beau film sur le vin en biodynamie, Guillaume BODIN vient de sortir un nouveau film :

« Insecticide mon amour ».

Film-documentaire de qualité sur la flavescence dorée résultant de deux ans de travail, ce film mérite votre soutien. Il retrace pour vous le déroulement du sujet… Qui a notamment conduit au fameux procès médiatisé d’Emmanuel Giboulot.
Claude et Lydia BOURGUIGNON

Pour 1€ seulement vous pouvez visionner ce dernier ici : http://www.montparnassevod.fr/movie/insecticide-mon-amour
Emmanuel Giboulot

Un euro symbolique pour soutenir un film militant , nous ne pouvons que vous encourager à diffuser l’information autour de vous !

Bien à vous,

FREMIOT A.
Veille au grain - Bourgogne
Facebook

Guillaume BODIN

C’est à partir du printemps 2009, pendant son travail au Domaine de la Soufrandière (Bret Brothers), qu’émerge l’idée d’allier son métier et l’une de ses passions : la photo et la vidéo.
Tournage aux Caves de l’Abbaye à Beaune lors de la journée #Chardonnay le 6 Mai 2010

S’enchaine le montage d’un dossier Envie d’Agir - Défi Jeune pour financer une partie du projet : "Univers Ditvin", il obtient une bourse de 3000€ en Octobre 2009 de la part de la région Bourgogne et il crée son entreprise en Novembre 2009 : "Univers Ditvin",tout en restant dans le milieu du vin en travaillant à nouveau pour les fêtes de fin d’année 2009 aux Vins Duvernay en Haute-Savoie. Le but de son entreprise est d’auto-financer le documentaire "La Clef des Terroirs" afin d’avoir le maximum de liberté editoriale même si il n’a aucune assurance pour la distribution du film.

Une petite formation sur la prise de vue lui est dispensée par Pascal Sandrin, il achète une caméra semi-professionnelle et le début du tournage commence en Janvier 2010.

Pour la réalisation de son film, il décide de travailler dans les vignes et à la cave durant la saison 2010 chez les Bret Brothers. Sa relation amicale qu’il entretient avec les Bret lui permet d’obtenir des vidéos originales. La proximité du principal lieu de tournage (Domaine de La Soufrandière) est l’une des clefs du film, les belles lumières, les stades de la vigne, la beauté des paysages du Mâconnais, rien ne lui échappe.

Pour améliorer le contenu il était inévitable d’aller interviewer d’autres personnes influantes dans le milieu de la biodynamie, il a trouvé en Bourgogne, dans la Vallée de la Loire et dans le Languedoc des personnalités très intéressantes apportant une bonne matière au documentaire. Le gros travail de sélection des intervenants réalisé en amont lui a permis d’interviewer des vignerons dont la reflexion est intéressante et dont l’élocution devant la caméra n’altère pas le discours.
Tournage dans les Pouilly-Vinzelles "Les Quarts" du Domaine de la Soufrandière
Pour finir il rencontre Jean-Noël Roy (réalisateur des grands directs de la télé des années 60) lors de son passage chez les Bret Brothers à la fin des vendanges 2010. Une amitié se crée rapidement et Jean-Noël Roy lui propose de l’aider dans le montage du film. Du mois de Novembre 2010 à fin Janvier 2011 un gros travail de montage est réalisé, les images manquantes sont tournées et les conseils du réalisateur influent beaucoup dans la version finale.

Finalement Guillaume Bodin n’est pas issu du monde de l’image mais réussi grâce à son parcours atypique à réaliser un documentaire de terrain. Sa passion pour la vidéo et la photo lui a permis d’obtenir une qualité d’image léchée pour un documentaire de ce genre.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL