Accueil > CABARETS / SPECTACLES / CONCERTS / FIMS / DIVERS... > JOIGNY Evènements > Cinéma A. VARDA - JEUDI 29 Octobre 20h - Woodstock en 1970.

Cinéma A. VARDA - JEUDI 29 Octobre 20h - Woodstock en 1970.

lundi 31 août 2020, par C3V Maison Citoyenne

èèèèèèèè

La version director’s cut de 3h45

DOCUMENTAIRE MUSICAL réalisé par Michael Wadleigh
Du 15 au 18 août 1969, 500 000 jeunes se réunissent à Bethel, dans l’Etat de New York,
pour un rendez-vous sans précédent dans l’histoire de la pop music.
Quarante groupes défilent sur la scène dont Joan Baez, Joe Cocker, Country Joe and The Fish, Crosby,
Stills & Nash, Jefferson Airplane, Richie Havens, Jimi Hendrix, Santana, Ten Years
After, The Who...
Ce festival se déroula sous le soleil et sous la pluie sans aucun incident.
La police n’était d’ailleurs pas au rendez-vous.

3 Jours de paix, de musique et d’amour !
C’était le slogan lors de la sortie du film Woodstock en 1970. Rarement un événement
et le film qui le relate ont été aussi étroitement liés. Le film a fini par combler le déficit
de l’événement lui-même !

L’idée d’en faire un film vint d’un journaliste de vingt-huit ans, Michael Wadleigh qui
avait réalisé des reportages pour la télévision. Cent vingt heures de pellicules ont été
impressionnées en 16 mm pour être montées en une première version de six heures,
réduite ensuite à trois. Martin Scorsese fut un des assistants réalisateurs du film.
Le son fit l’objet d’un soin tout particulier. Dans les salles équipées à cet effet, le film
fut projeté en stéréophonie. Une soixantaine de techniciens travaillèrent à la réalisation
de ce film tourné avec douze caméras.

Woodstock fut présenté au Festival de Cannes, en 1970, hors compétition.

Sur scène le réalisateur dédia son film aux victimes de la guerre du Vietnam et aux quatre étudiants
qui venaient d’être tués par la police dans le Kent. Quelques injures, à son encontre,
fusèrent : "Je n’ai pas cherché à faire un film extrémiste, dit Michael Wadleigh, pour
une minorité avertie... Je m’adresse au "marais" sans opinion et à la droite. Je tente
d’ébranler leurs idées reçues. Il faut qu’ils pensent en sortant, que 500 000 personnes
ne peuvent pas avoir tort ensemble, en même temps. C’est pourquoi j’ai insisté sur le
côté "sympathique" de cette immense kermesse. Et les réactions favorables des
adultes du crû, policiers compris, insérées dans le film, annoncent le choc ressenti par
les petits bourgeois qui le regarderont dans la salle."

Michel Mardore pour le NouvelObservateur 27/7/70).

Le film a remporté l’Oscar du meilleur documentaire de long métrage.


En 1994 est sortie une version plus complète, « director’s cut », durée 3h45 !
C’est la version que nous (re)découvrirons le 29 octobre à 20h.

PROJECTION COSTUMÉE ! Ressortez vos tuniques indiennes, vestes afghanes et autres foulards balinais ! Perruques autorisées pour combler les ravages du temps ! Les 2 meilleurs déguisements gagnent chacun(e) une entrée gratuite pour la projection suivante !

Solène sera la juge, impartiale, mais subjective, forcément...

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL