Accueil > ENVIRONNEMENT > ENVIRONNEMENT INFO > CHARBON : CONSOMMATION EN AUGMENTATION. On peut toujours rêver d’un ciel pur (...)

CHARBON : CONSOMMATION EN AUGMENTATION. On peut toujours rêver d’un ciel pur !

dimanche 9 novembre 2014, par C3V Maison Citoyenne

Pour la France, l’ère de la production et de la consommation du charbon s’est terminée il y a plusieurs décennies, notamment avec la mise en place du parc nucléaire. En 2013, la part du charbon dans la production d’électricité a été de 3,6 % soit 19,8 TWh. Au niveau global la consommation du pays a été divisée par quatre en une cinquantaine d’années pour atteindre 12 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) en 2013, soit 0,3 % de la consommation mondiale.

Par contre, au niveau de l’ensemble de la planète la situation est totalement inverse, avec une consommation de charbon qui est passée de 1 400 Mtep en 1965 à près de 4 000 Mtep en 2013. Les trois pays les plus consommateurs étant la Chine avec 50,3 % de la consommation mondiale suivie par les États-Unis 12 % et l’Inde 8,5 %.

Mais si la France n’est plus un acteur mondial dans le domaine de la consommation / production de charbon, elle est dans le domaine financier, via son système bancaire, un des acteurs non négligeable de ce secteur industriel. La fédération des Amis de la Terre(1) a publié au mois d’octobre 2014 un rapport intitulé « Charbon : l’argent sale des banques françaises ». Ce rapport est tiré d’une étude internationale menée par BankTrack qui rappelle que le charbon est la plus grande source d’émission de CO2 d’origine humaine et représente 44 % des émissions dues aux combustibles fossiles (charbon, gaz et pétrole). L’étude internationale s’est penchée sur plus de la moitié de l’activité de l’industrie minière du charbon et de la production d’électricité à partir du charbon. Cela a permis de dénombrer, pour la période 2005 – avril 2014, 2 283 opérations financières d’un montant cumulé de 373 milliards d’euros.

Au niveau de cette activité financière, les banques françaises occupent une bonne place et, selon les auteurs de l’étude, sur la période étudiée, ce sont plus de 30 milliards d’euros qui ont été alloués au secteur du charbon. Sur la période 2005-2013, la France, via ses banques, se classe en quatrième position des pays financeurs de l’activité charbonnière mondiale. Hormis ce financement par les banques, c’est aussi une grande hypocrisie que veut dénoncer les Amis de la Terre, comme par exemple : « La BNP Paribas déclare ainsi, dans son rapport de 2013, avoir accordé 6,5 milliards d’euros de crédits au secteur des énergies renouvelables fin 2013, mais se garde bien de divulguer à combien s’élève son soutien aux énergies fossiles ».

1 – Créée en 1970, la fédération des Amis de la Terrea participé à la fondation du mouvement écologiste français et à la formation du premier réseau écologiste mondial Friends of the Earth International, présent dans 77 pays et réunissant 2 millions de membres sur les cinq continents.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL